Interview croustillante de Birgit !

Voilà un livre à mettre dans les mains de vos ado. Ils râlent pratiquement tous que la cantoche c’est pas bon.
Le pari de ce livre est le suivant : plutôt que de manger au restaurant scolaire simplement parce que les parents sont absents à l’heure du déjeuner, pourquoi ne pas les responsabiliser en leur permettant de rentrer à la maison ? Mais déjeuner seul, ne signifie pas manger n’importe quoi ! Birgit en maman rodée de 3 enfants a bien pensé à cela quand elle a donné les clés de la maison à sa grande fille.
Dans la veine des livres de la collection mon grain de sel, « si tu sèches la cantine, je te colle en cuisine » celui-ci s’adresse à vos ado. Avec Humour, Birgit aborde la cuisine selon les matières étudiées au collège. Ainsi entre les verbes irréguliers de la cuisine au chapître « Langue » ou encore les proportions en « math », Birgit introduit son sujet avec malice.
Le livre s’articule en trimestre, collège oblige avec des recettes de saison.
C’est drôle, c’est réaliste, les recettes ont été testé par des ado, bref tout ce qu’il faut pour convaincre vos râleurs d’enfiler le tablier est réuni ici.

Birgit a eu droit pour le coup à une petite interro interview pour nous présenter son aventure !

image-10

- Peux tu te présenter en quelques mots ?
Birgit, 42 ans, je suis mariée et j’ai 3 enfants : Elise 16 ans, Julien 13 ans et Marius 11 ans. Je suis chef de projet dans les télécommunications pour une entreprise anglaise et mon échappatoire ou hobbie est la cuisine. J’ai toujours aimé et je cuisine depuis le collège. Rien qu’avec mon prénom, on voit que je viens d’ailleurs ; je suis née en Suède et j’y ai beaucoup de famille mais derrière ce prénom il y a beaucoup d’autres origines (pieds noirs « un vrai label culinaire », espagnole, italienne, irlandaise et quercynoise). Je vis en France depuis mes 2 ans mais dès que je peux aller voir de nouvelles contrées, je suis la première à faire mes valises et j’ai eu l’occasion de beaucoup voyager.

- Dégoûtée du hachis parmentier à la cantoche ou juste maman entreprenante : comment t’es venue l’idée de ce livre  ?
Ce livre a une longue histoire, rien que du vécu mais finalement il est la réponse à ta question, je suis entreprenante et même persévérante. Mais surtout je m’insurge contre les institutions scolaires qui pourraient beaucoup mieux faire si elles s’en donnaient la peine. Je rêve de cantines avec des produits locaux et/ou bios, des cuisiniers sur place, pas juste des plats sous vides sans âmes réchauffés au micro onde. Je suis sure que l’on peut mieux faire. Ceci dit, je dois avouer que la cantine me rend encore de fiers services, je ne peux pas rentrer à l’heure du déjeuner et je préfère que mes enfants (les plus jeunes) mangent à la cantine plutôt que des sandwichs mayo ou les kebbab à côté de leur collège.

- Tu as sollicité beaucoup d’éditeurs ?
Non, je voulais écrire un livre dans cette collection, elle me semblait proche de moi, mais j’y ai mis le temps (quand je dis que je suis persévérante). Tout à commencé il y 4 ans, une amie m’offre le livre de la collection grain de sel « jeune femme suédoise cherche cobayes pour gouter ses inventions ». Je suis tombée sous le charme du livre et de son contenu. A ce moment là, je faisais un bilan de compétence, j’avais envie d’autres choses et je me suis dit que je pouvais écrire un livre de cuisine. Je l’ai écrit pendant l’été et il s’appelait « Un an pour faire son cookingout » (ça vous dit quelque chose ?). J’ai contacté Raphaèle Vidaling et j’ai réussi à la rencontrer. Le thème ne rentrait pas dans l’esprit de la collection mais le courant est passé, je savais que je trouverais autre chose. Le livre est devenu blog puis la bonne idée est arrivée avec du vécu, ma fille avait décidé de rentrer déjeuner à la maison. Comme je ne suis pas assez organisée pour lui prévoir un repas la veille au soir, j’ai décidé de la « coller aux fourneaux ». Mais avant tout, il me fallait passer un contrat avec elle ; « tu manges à la maison mais tu ranges » et ce fut la partie la plus dure à négocier et à mettre en place, croyez moi la lutte n’est pas finie ! C’est une copine qui m’a soufflé l’idée de faire un livre avec les recettes que je lui laissais. Et puis, cette idée est devenue une évidence. Quand au titre, une des clés du succès de cette collection, il m’est venu tout seul et le plan a été fait en 1 heure. Alors j’ai su qu’il était temps de recontacter Raphaèle qui a adhéré au projet en un mail. Il n’y avait plus qu’à … Pourtant des livres pour ados sont rares, il y a un anglais, Sam Stern, qui a sorti son premier livre à 14 ans mais c’est à peu près tout. Pour les ados, c’est ou les livres de cuisine pour gamins ou ceux des parents et là ça ne passe pas. C’est qu’ils ne sont pas prescripteurs et que pour l’instant, ils n’intéressent pas les éditeurs.

- Les ado qui font leur repas à la maison : mode ou logique ?
Je dirais plus logique que mode même si on peut y voir une tendance émergente. Les ados comme les enfants sont plus sensibles aux campagnes pour le « mieux manger » qu’on ne le croit. La plupart mangent à la cantine depuis la maternelle voire la crèche et vers 14 ans ils n’en peuvent plus, c’est toujours la même chose. On leur dit de manger des légumes mais ils sont insipides, plein de flotte et le reste n’est pas mieux alors ils trainent la patte et cherche d’autres solutions. A Paris, à côté des lycées, les sandwicheries poussent comme des champignons.
Alors l’alternative des parents, c’est de proposer qu’ils rentrent à la maison et mangent plus « sainement ». Tu me diras, encore faut-il que cela soit plus sain à la maison ! Mais là l’effet mode positive du bio et du « fait maison » me laisse croire que les choses s’améliorent.

- Quelles sont les bonnes raisons d’acheter ce livre ?
Avant tout il est conçu pour créer un déclic chez les ados mais aussi chez les parents, oui c’est possible de rentrer déjeuner et de cuisiner même pour un ado. C’est aussi une aide pour trouver un bout par lequel commencer. C’est bien gentil de rentrer à la maison déjeuner mais comment on fait ? Les ados sont les rois des PC mais pas du four ni de la casserole. Dans ce livre, ils trouveront des conseils et des plats pour leur déjeuner, à faire cuisson comprise en moins de 10, 20 et 30 minutes. J’ai divisé le livre en trimestre comme à l’école, donc avec des recettes qui suivent les produits de saison. Ce livre s’adresse aussi un peu aux parents, même si nos ados s’estiment très autonomes, un peu de « coatching » ( encore une mode …) s’impose. De plus, croyez en mon expérience en tant que mère, c’est un formidable outil de communication avec ses ados. Pour que ça marche, il faut dialoguer d’égal à égal et tous les jours pour une chose vitale mais qui à priori n’est pas conflictuelle la nourriture. En cette période d’adolescence, ils ont suffisamment faim pour faire des concessions, profitons en.

- Ces recettes sont destinées aux repas du midi, mais y trouve-t-on d’autres recettes ? Pourquoi ?
On n’attire pas des mouches avec du vinaigre, ni des ados avec des épinards. Je ne pouvais pas rester que sur des recettes du midi salées. On ne va quand même pas leur demander de se faire l’entrée, le plat et le dessert en 20 minutes. En revanche, préparer un repas pour une fête avec les copains, ça le fait plus. Chez moi, j’ai remarqué qu’ils avaient tendance à se faire des fêtes avec l’habituel « on commandera des pizzas » et qu’en général ils payent avec leur argent de poche. Je leur ai suggéré de glisser quelques ingrédients plus ou moins discretos dans le chariot de maman et se faire leur propre pizza. Ils ont adhéré certainement pour l’aspect « économies » mais il faut un début à tout. Puis de fil en aiguille, ils ont élargi le périmètre et on a trouvé d’autres idées de recettes de fêtes. Et c’est pour cela que j’ai mis 4 idées de repas de fêtes pour Ados dans le livre. Pour la note purement sucrée, comme nos ados sont encore proches de l’enfance et que le 4 heures n’est pas si loin, j’ai ajouté des recettes de gâteaux. Mais je suis allée puiser des recettes de gâteaux chez nos voisins, histoire de faire un peu de géo dans la cuisine et même de l’anglais, « who wants a scone ? ».

- La recette du livre qui marche à tous les coups et qui leur plaît à tous ?
En salé, celle qu’ils préfèrent faire et donc manger c’est le sandwich perdu (p76). Dès 7 à 8 ans, ils y arrivent et au palmarès elle détrône celle du croque monsieur. En sucré, c’est incontestablement The gâteau au chocolat (p102) qui a le plus de succès peut-être parce qu’il est fait avec du beurre de cacahouète. Il est préparé dans une seule casserole (facile à nettoyer) et cuit en 13 minutes, et puis il a un goût de « revenez-y » indéniable.

- Ce livre a été écrit en combien de temps ?
J’ai pris le temps parce que j’avais le temps, il fallait que le livre sorte à une rentrée scolaire donc avec le planning de Tana, j’ai eu plus de 18 mois pour l’écrire. En fait, j’ai eu des périodes très intenses, puis d’autres ou je l’ai laissé en jachère pour mieux y revenir. La période la plus intense a été celle des photos, Isabelle la photographe venait à la maison pour la journée et je cuisinais 15 à 16 plats. La bande d’ado venait les manger mais le timing n’était pas toujours en phase avec leur cours. Nous gardons tous de très bons souvenirs de ces journées, les crises de rires, les ratés parce que l’on en faisait trop à la fois, la casse dans la précipitation, mais toujours dans la bonne humeur.

- Que retiens tu de cette expérience d’auteur ? Envie de remettre le couvert ?
Je me suis régalée, bien sûr j’ai eu des doutes et des pannes d’idées mais au final, ce fut une année très intense et passionnante. J’ai aussi appris à mieux comprendre les ados, à trouver comment les approcher et cela m’a beaucoup apporté de vivre cette expérience avec mes enfants. J’ai bien sûr envie de remettre le couvert, j’ai plein d’idées (trop certainement) mais je veux me donner le temps de déguster celui là. C’est encore une activité annexe et j’ai d’autres projets qui mijotent dans mes casseroles.

Merci Birgit !

« Si tu sèches la cantine, je te colle en cuisine – Quand les ados se mettent aux fourneaux entre midi et deux » par Birgit Dahl Stern Collection Mon grain de sel – Tana Editions. Prix : 12 euros.

Vous pouvez commander le livre de Birgit sur son blog directement si vous avez envie d’une dédicace (pensez à Noël ;-)) ou bien sûr à la Fnac, sur Amazon et chez tous les bons libraires, cela va sans dire !

Cette note vous a plu ? Pensez à vous abonner à la newsletter (clic) !

Rendez-vous sur Hellocoton !